SMTHG Close To SMTHG - André JAUME 4tet 
Pierre FENICHEL - Antony SOLER - Alain SOLER

smthg close to smthg

 Extrait en écoute : Mode Pour Mi bémol

SMTHG Close To SMTHG - André JAUME 4tet 
Pierre FENICHEL - Antony SOLER - Alain SOLER

  • 278
  • Mode Pour Mi bémol
  • The Coaster Thing (slow)
  • Melonae Song
  • The Twins
  • Fizz Gin
  • As A Beguin
  • A Kind Of Devotion
  • Hate & Love
  • The Coaster Thing (fast)
  • Air Raid

André JAUME : Saxophones, Clarinette Basse
Pierre FENICHEL: Contrebasse
Alain SOLER : Guitare
Antony SOLER : Batterie
Enregistrement : Pierre-Emmanuel GIROUX
Mixage, Mastering : Antony SOLER - Studio ECS  - Janvier 2014
Composition graphique : Arnaud GOSSET


1991. Un Cd d'André Jaume intitulé Something (CelpC15-HM85) enregistré l'année d'avant à New York, en compagnie de Bill Stewart (batterie), Anthony Cox (contrebasse), Clyde Criner (piano) et Joe McPhee (saxophone soprano, valvetrombone ) David Baker (ingénieur du son) est à l'origine d'une rencontre entre André et le poly-instrumentiste Alain Soler
Rencontre qui, prévue pour un seul concert, se transformera très vite en une durable et fructueuse collaboration. 
Alain qui vient juste d'obtenir un 1er prix de la Classe d'ensemble Jazz de Marseille dirigée par Guy Longnon crée cette même année un lieu singulier dans les Alpes de Haute Provence, entièrement consacré au Jazz : l'Atelier de Musiques Improvisées. 
1991, c'est aussi la naissance d'Antony Soler. Celui-ci sera marqué considérablement par le Cd d'André (qu'il écoute très souvent dès son plus jeune âge) dont il est question tout au début. 
Les fréquentes collaborations de son père avec André, les séjours récurrents du saxophoniste à la maison familiale où les anecdotes et discussions animées sur le jazz ne manquaient pas, le détermineront à travailler la batterie tout en menant de sérieuses études d'ingénieur du son.
Pierre Fenichel découvre cette année-là l'Atlantique, fameux bar marseillais où les musiciens de jazz pouvaient jammer jusqu'à « pas d'heure ». 
Conjuguant à la fois des études d'anthropologie (qui l'amèneront à obtenir un doctorat) et une inclination (de plus en plus dévorante) pour le jazz et la contrebasse, « l'Atlantique » fera basculer Pierre de façon décisive vers la musique. 
La rencontre avec Alain, André et Antony ne se faisant que récemment, hasard du destin... 
Bref ! C'est sur ces tranches de vies entrecroisées que se dessine l'envie de réaliser Something Close To Something
La principale source d'inspiration, on l'aura compris, sera le Cd d'André avec lequel Alain Soler s'amuse à déconstruire les trames harmoniques, les mélodies originelles et les procédés rythmiques. Il fabrique alors autant de « plagiats-prétextes-jubilatoires » aussitôt saisis puis transfigurés par le quartet dont l'énergie brute éclate dès les premières notes. Ainsi « The Coaster » d'origine devient « The Coaster Thing », « Melody For Melonae » se transforme en « Melonae Song », « 872 » s'inverse en « 278 », etc. L'exercice est réalisé de façon remarquable, avec humour et intelligence. 
Par le truchement de cette sorte de mise en abyme on renoue ici avec l'essentiel du Jazz : le partage, une énergie communicative, des idées simples (qui circulent vigoureusement entre les partenaires) assumées et interprétées avec conviction par un collectif puissamment solidaire. 
Mais aussi, plus qu'un simple écho à quelque chose qui fût, cet enregistrement qui réunit trois générations décline en différents registres un hommage subtil à André Jaume, ici dans le rôle grand père qui a su transmettre (n'est-ce pas là aussi une des composantes essentielles de la tradition du Jazz ?) à plusieurs générations successives l'envie d'arpenter le chemin. 

Vous pourriez aussi aimer..